Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Pensée dominante...

A chaque fois que tu t'attaches à quelqu'un ou à quelque chose,
Tu te détaches un peu de toi-même.... 


Index des rubriques

Pensée de la semaine
Être réaliste, c'est préférer une réforme modeste, qui en permet une autre, à un miracle impossible.

Identité pseudo-virtuelle

Taille : 1m74

Poids : 69 kilos

Age : 31 ans

Signe zodiacal : Lion

Signe chinois : Tigre

Signe arabe : Masse de fer

Trait de caractère : Perséverance

Sentiment : Sincérité

Humour : Auto-dérision

Surnom : Taré, Double-tête, Yoda, Le Sage, Homère Simpson, l'Extraterrestre

Element : Feu

Couleur : Vert

Mot : Anagramme

Roman : Le portrait de Dorian Gray (Oscar Wilde)

Conte : Le petit poucet

Film : Usual Suspects

Musicien/Interprete : Freddie Mercury

Chanson : With or without you (U2)

Acteur : Robin Williams

Actrice : Marie-Josée Croze

Réalisateur : Akira Kurosawa

Jeu : échecs

Art : Littérature

Personnage : Gatsby

Rêve : Rêve éveillé

Prémonition : Protection

Epice : Cannelle

Animal : Grenouille

Arbre : Saule pleureur


Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Ailleurs sur Joueb.com

Les pérégrinations d'un chinois en chine
L'évolution sentimentale et charnelle
--> Les rapports prédateurs/victimes dans la passion

La passion dans un couple : La passion s'explique souvent par des fêlures ou des névroses chez chaque partenaire. On a tous des fêlures en nous inconscientes qui remontent à notre conscient une fois arrivé à l'âge adulte, ce moment survient lorsqu'on arrive :
- à juger le couple de ses parents pour faire mieux, on tue définitivement le complexe d'Oedipe ou d'Electre
- à se juger soi-même en ayant dépassé ses névroses, angoisses, fêlures intérieures par la réflexion sur son vécu. Ce cheminement est plus ou moins long chez chaque individu, parfois il ne survient jamais jusqu'à la fin. On parlera alors de "cheminement spirituel râté". Combien de couples se sont retrouvés dans des situations inextricables d'un vaudeville à trois ou alors combien de personnes ne se sont jamais décidé à quitter leur conjoint malgré tout la souffrance qu'il leur inflige ?

Dans la passion il existe souvent deux catégories de protagonistes :
- les prédateurs
- les victimes

Deux protagonistes qui s'affrontent et s'attirent dans un jeu de soumission/domination sentimentale/sexuelle latente et formelle. Les protagonistes ne sont pas au début ancrés profondément dans leur situation de prédateur ou victime, elle s'accentuera au fur et à mesure de la frustration/victimisation de chaque protagoniste. L'adage populaire dis "fuis moi je te suis, suis moi je te fuis". La raison d'être de cette attirance est souvent le manque en chacun. On est souvent attirés dans nos relations sentimentales par notre anti-thèse surtout lorsqu'il correspond inconsciemment à l'image du géniteur de l'autre sexe.

Pour illustrer mes propos une amie attira mon regard sur le couple Camilla Bowls Parker/Prince Charles, Camilla est la copie de la Reine d'Angleterre, la Mère du Prince Charles : dominatrice, à forte caractère, plus âgé que le Prince Charles. On est souvent aussi attirés dans nos relations amicales de sexe opposé par les mêmes fêlures (les victimes entre-elles) ou besoins de prédation (prédateurs entre-eux). Je reste persuadé que dans ce que je partage là chacun peut se reconnaitre ou reconnaitre une ancienne relation. Alors allons y...

Les prédateurs/prédatrices : Catégorie de personnes dont l'unique objectif est la prédation en d'autres termes et d'une manière exclusive :
- "Vivre"
- Exister au regard de l'autre
- Utiliser et mentir
- Jouir
- Choisir la "bonne" ou le "bon"

Les prédatreurs(ices) savent toujours ce qu'ils(elles) veulent, au fur et à mesure de leur évolution spirituelle. Elles veulent tout sous formes de multiples fantasmes à contrôler. Elles ne doutent jamais de ce que doit être "l'homme ou la femme idéal(e)". Ce sont paradoxalement des hommes/femmes très "sensibles" (donc soit faibles/forts, uniquement les extremes) face :
- à leurs émotions
- à leur désir et leur sexualité
- à leur choix dans la vie, passés et futurs
- à leur solitude
- à leur attrait et sex-appeal

Ces caractéristiques s'expliquent souvent pas :
- un rapport râté au géniteur du sexe opposé : par exemple pour une femme ça sera un Père inexistant ou alors trop présent aux ordres plutôt
- un manque d'affection incessant
- une fuite en avant dans leurs vies
- un physique totalement mal assumé ou au contraire totalement assumé et en jouent avec
- une intelligence que ces personnes croient supérieure

La predation n'est jamais axée sur l'Amour, souvent les femmes prédatrices soient ne croient pas en l'Amour par dépit ou auto-refus conscient ou inconscient du bonheur pour des raisons qui leur sont intrinsèques transmises inconsciemment par le géniteur du même sexe ou à cause d'expériences vécues très douloureusement. Elles ne croient pas en l'Amour éternel, que l'Amour ne peut que durer dans une période de temps limitée donc (3ans à la limite ou même la moitié d'une vie). La prédation n'est basée donc sur aucun sentiment "noble". Au fond, elles sont convaincues que leur attitude ne rend les hommes ni amoureux ni fous, c'est rien qu'une question de sexe tacite ou explicite : assumée ou mal assumée sous forme latente. Elles ne pensent pas qu'uniquement qu'au sexe en fait mais le voit surtout comme une arme : c'est ce qu elles veulent provoquer chez l'homme qu'elle "chasse" qui compte aussi. Ce sont les meilleurs manipulatrices et menteuses de toutes les femmes.

La logique fonctionne tout autant pour les hommes prédateurs, il s'agit de transposer.

Les types dans la catégorie :

1) les revenchard(e)s ou les amant(e)s délaissé(e)s : personnes qui ont déjà été follement attirée (ou amoureux(se)) d'un femme/homme qui ne s'intéressait pas a elles ou qui a choisi quelqu'un d'autre. La personne fait donc la même chose aux femmes/hommes qu'elle croise maintenant et par la suite : les rendre fous de désir (sexuel, meme si l'autre pense l'aimer et de préférence éperduement) et les vire apres avoir réussi cet aveu là ou cet acte là (pour les femmes, elles ne coucheront probablement jamais avec eux). Autrement dit, On peut les voir ainsi comme des aguicheur(ses) ou allumeur(r)ses qui ne concluent donc pas.

2) les "hommes à harem" ou les "dames de chateau" : pour les femmes ca sera celles qui ne peuvent vivre que si elles ont une cour de mec a leur pieds autour d'elle, et qui refusent que l'un de ces mecs puisse avoir une vraie relation quelconque avec quelque autre femme que ce soit : elle les attendris tous, leur font de faux-espoirs, mais toujours en gentillesse, afin d'avoir toujours 4 ou 5 chevaliers servants qui feront tout ses petits caprice au doigt et a l'oeil. Ce sont des femmes qui craignent terriblement de finir seule dans la vie. Elle font une crise de jalousie à l'autre si celui ci fait preuve d attention a une autre fille. Ces femmes veulent dominer et contrôler. La raison finale est le choix de l'étalon le plus solide, l'épaule la plus virile à leurs yeux. La meilleure approche inverser la tendance car ce sont les femmes les plus fragiles d'entre toutes. Même si le bon trouvé, elles ont toujours besoin de leurs chevaliers servants. Leur cour a une raison d'être égoïste : avoir tout. Chaque chevalier servant a une place bien défini dans la cour avec un apport correspondant. Tous les rapports passent par elle, aucun lien ne peut exister en dehors d'elle. On parlera alors de Vamp, de harpie etc et de "mignons", "chevaliers servants" etc. Ces femmes ne coupent jamais les ponts avec leurs ex quitte à détruire les choix sentimentaux de ceux-ci dans la vie.

3) l'homme/la femme dit(e) moderne : personne qui se tappe tout se qui bouge , pour un seul coup, et qui le jette après.

Pour résumer :
1/ les personnes qui font appel au désir en méprisant
2/ les personnes qui font appel aus sentiments, pour avoir des hommes autour d'elles
3/ les personnes qui baisent tout ce qui bouge

Dynamique de l'évolution dans la même catégorie :
délaissé => moderne
dame du chateau => amante délaissée
amante délaissée => dame du chateau

Cas pratique : www.tcherenzi.joueb.com

Tout part de l'enfance et tout y revient... La vie commence par un cri aigu sortant de l'intimité d'une femme, elle continue par un cri sourd pour y revenir.... L'homme est souvent à la recherche de sa Mère dans toutes ses Amantes, La femme est souvent à la recherche de son Père dans tous ses Amants Et ceux qui caressent le rêve de l'homme ou de la femme idéale, n'ont souvent toujours pas résolu leur complexe Oedipien. L'âge adulte arrive et on se comprend mieux et on fait les choses autrement : pour soi et plus à cause de notre inconscient famillial ou de notre vécu.

On est tous parfois bourreau parfois victime cependant, que ça soit lié aux sentiments ou au désir. Ces composantes se mélangent aussi en nous au cours de la passion en une lutte interne (prédation/victime). On est tous aussi parfois "victimes" de notre vécu, et l'autre avec qui ca se passe mal peut passer pour un "ennemi" à nos yeux. Il peut déteindre sur nous lorsqu'on commencera à adopter les mêmes attitudes prédatrices dont on a souffert. On recéera le même schéma. En lisant cela n'importe qui se reconnaitra dans un certain stade de sa vie senstimentale ou sexuelle. Nous avons tous connu la passion à un moment ou un autre. L'adage populaire dit toujours "on n'épouse jamais l'homme ou la femme de sa vie". Ce n'est qu'un fantasme pour les deux protagonistes de la passion. Un fantasme qui ne peut devenir réalité que si les deux protagonistes retrouvent une sérénité intérieure, souvent c'est trop tard et le regard lucide de chacun sur soi n'est pas assez construit. Au lieu que les deux protagonistes s'ouvrent délicatement à l'autre, fusionnent dans la sérénité, l'un pense soit à fuir croyant que l'autre veut le contrôler : projection de sa propre névrose. L'autre pensera à se détruire et à poursuivre croyant fermement qu'il sera abandonné : projection de sa propre névrose. Le repos des âmes ne survient pas au bon moment. Cependant une différence notable existe entre une victime et un bourreau profondément ancrés dans leurs névroses, c'est que la victime est ancrée dans la réalité de sa vie alors que le prédateur est ancré à ses fantasmes. Le prédateur avancera uniquement lorsque ses fantasmes seront cassés, la victime avancera lorsque sa réalité sera construite. En fin de compte celui qui s'en sort le mieux est la victime, car il existe de plus fortes chances que le prédateur s'en sorte frustré. J'en deviendrais presque un bon Chrétien :)

J'illustrerai mon propos par des écrivaines femmes célèbres, Marguerite Duras ou Françoise Sagan : la première a finit avec un amant jeune qu'elle méprisait, la seconde sans le sous et abandonnée. Maintenant passons aux victimes plus ou moins profondes.

Les victimes

1) Les inhibé(e)s : ce sont les victimes qui ont peur d'assumer leurs désir, car elles ne font que sublimer sans cesse l'Amour et par ricochet inconsciemment la chair, souvent c'est leur première histoire charnelle où la première fois où il ressentent un amour vrai et profond pour quelqu'un de sublime à leur yeux. Souvent ce sont des personnes qui ont abusé d'Amours platoniques ou latentes jamais avouées auprès des personnes admirées qui n'auront vu en eux le plus souvent qu'un ami(e) sans interêt pour leurs sentiments et surtout leurs désir. Ce sont des personnes qui bouillonnent et cogitent sans cesse, car elles ont peur d'éveiller en elles le désir le plus sauvage. Cette peur est souvent le fruit de la barrière de la religion, de la culture familliale ou du regard social qu'ils n'assument pas consciemment. En d'autres termes leur propre désir leur fait peur, à cause de leur peur intrinsèque ou de leurs relations platoniques difficillement vécues dans le passé. Elles craignent que si elles ouvrent la boite de pandore elles-mêmes iront toujours voir ailleurs si jamais cette boite est ouverte pour toujours. Elles refusent inconsciemment l'idée que l'Amour "noble" et "sans tâches" ne puisse jamais exister. Elles croient trop en l'Amour "parfait", "éternel" et "sans failles". le déclic ? la découverte de leur propre désir et leur sensualité par l'expérience, une fois qu'ils passent à un autre partenaire ou rencontrent à leur détriment un partenaire prédateur sur leur parcours.

2) Les co-dépendant(e)s : ce sont les victimes idéales car elles sont surtout sûre d'être rejettées un jour ou l'autre, cette peur les taraude. Elles ne peuvent pas vivre sans une raison d'être externe à leur propre existence : l'autre. Elles ne s'en sortent parfois pas tant qu'un "sauveur" passe dans leur existence. Elles ont peur d'assumer leur existence seules car elles ont l'impression de se perde à chaque fois, elles craignent souvent le regard du jugement de leur partenaire qu'elles savent inconsciemment devoir impérativement abandonner pour leur bonheur et pensent consciemment ne jamais réussir à épanouir quiconque. Ils croient apporter du sens à la vie du partenaire en le sur-protégeant, assumant sa vie, fusionnant son existence à l'autre quitte à ne plus exister. Ils ne comprennent souvent jamais l'échec de leurs couples. La solution : s'occuper de son existence et uniquement de son existence jusqu'à trouver un partenaire avec qui elles puissent partager sainement et sans se perdre.

3) Les désillusionné(e)s : ce sont les victimes qui n'éprouvent plus aucun désir et aucun sentiment dans un stade de leurs vies. Elles ont perdu foi en la nature humaine qui à leur yeux ne peut que trahir et abandonner. Elles sont capables de vivres seules pour toujours ou vivre par "routine" avec quelqu'un qu'ils méprisent sur le plan des sentiments ou du désir car cette personne les a déjà trahi. Elles ne cherchent plus à s'ouvrir à quiconque.

Pour résumer :
1/ les victimes qui voient le désir comme un moyen de se perdre
2/ les victimes qui veulent à tout prix des sentiments, pour avoir un partenaire raison d'être de leur existence dont son sens leur échappe. C'est l'anti-thèse de l'égoïsme.
3/ Les victimes qui fuient tout pour ne plus souffrir

Dynamique de l'évolution dans la même catégorie :
inhibé => co-dépendant
co-dépendant => désillusionné
désilusionné => co-dépendant

Dynamique de l'évolution entre les deux catégories :
inhibé => moderne (fuite en avant et perte de soi)
co-dépendant => revenchard (fuite en avant et perte de soi)
homme à harem ou dame du chateau => désillusioné(e) (écueil de la vie et rencontre avec la réalité : maladie, solitude)
moderne => co-dépendant (rencontre de l'amour des sentiments réel à leurs yeux et action pour le garder : rencontre avec la réalité)

Ecrit par Mandala, le Vendredi 8 Avril 2005, 15:04 dans la rubrique "Cogitation".


Commentaires :

  Anonyme
22-04-05
à 13:07

Lien croisé

Une réflexion sur les relations passionnelles - Déceptions et ruptures - FORUM s : "Je souhaite partager ce texte sur les relations passionnelles. Les commentaires seront les bienvenus. http://tlamak.joueb.com/news/2.shtml --Message édité par tlamak le 22-04-2005 à 13:08-- "

  Anonyme
10-06-05
à 15:23

texte long et ardu...intéressans peut etre...
je suis completement bête, sans doute, mais je n'ai pas comprit le "cas pratique" que tu nous montre...

  tlamak
10-06-05
à 15:41

Re:

J'hésite à l'exposer en détail, ça pourrait s'intituler "quand un weblog se transforme en psycho-weblog".
Merci de ta lecture et de tes commentaires "Anonyme" !

  Anonyme
10-06-05
à 15:52

Re: Re:

j'comprends toujours pas...c'est un blog normal. je connais des dizaine de blogs plus "psycho" que celuila, pourquoi celui la en particulier ?

  tlamak
10-06-05
à 18:12

Re: Re: Re:

Parce que je connais l'endroit (le weblog) et l'envers de cette personne.

  Anonyme
10-06-05
à 18:34

Re: Re: Re: Re:

ah c'est une vengeance personnelle...j'avais pas compris.
bon, ok ça m'intéresse plus.

  tlamak
11-06-05
à 01:53

Re: Re: Re: Re: Re:

Si cela avait été une vengeance personnelle j'aurais tout "craché". J'avais de la colère pas de la haine.
Je l'ai déjà dis ailleurs sur ce weblog : seuls le temps et la vérité jugeront.

  ddev
13-06-05
à 00:44

très intéressant

Très intéressant comme texte, amour et littérature sont assez révélateurs ?

Je repense à mes connaissances ...

Je me souviens de Virginie L. dont le roman préféré étais l' Amant de Duras.

Je me souviens de Stéphanie L. fan de Raimbaud, "que de belles amours j' ai eu" mais j' ai aussi connu "ma saison en enfer".

J' ai bien eu l' impression d' avoir recu un coup de revolver comme lui !


  tlamak
12-08-05
à 22:50

Re: très intéressant

Merci de ta lecture :)

  Anonyme
03-05-08
à 00:30

Lien croisé

Une réflexion sur les relations passionnelles - Déceptions et ruptures - FORUM : " Je souhaite partager ce texte sur les relations passionnelles. Les commentaires seront les bienvenus. http://tlamak.joueb.com/news/2.shtmlMessage édité par tlamak le 22-04-2005 Ã  13:08:37"