Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Pensée dominante...

A chaque fois que tu t'attaches à quelqu'un ou à quelque chose,
Tu te détaches un peu de toi-même.... 


Index des rubriques

Pensée de la semaine
Être réaliste, c'est préférer une réforme modeste, qui en permet une autre, à un miracle impossible.

Identité pseudo-virtuelle

Taille : 1m74

Poids : 69 kilos

Age : 31 ans

Signe zodiacal : Lion

Signe chinois : Tigre

Signe arabe : Masse de fer

Trait de caractère : Perséverance

Sentiment : Sincérité

Humour : Auto-dérision

Surnom : Taré, Double-tête, Yoda, Le Sage, Homère Simpson, l'Extraterrestre

Element : Feu

Couleur : Vert

Mot : Anagramme

Roman : Le portrait de Dorian Gray (Oscar Wilde)

Conte : Le petit poucet

Film : Usual Suspects

Musicien/Interprete : Freddie Mercury

Chanson : With or without you (U2)

Acteur : Robin Williams

Actrice : Marie-Josée Croze

Réalisateur : Akira Kurosawa

Jeu : échecs

Art : Littérature

Personnage : Gatsby

Rêve : Rêve éveillé

Prémonition : Protection

Epice : Cannelle

Animal : Grenouille

Arbre : Saule pleureur


Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Ailleurs sur Joueb.com

Les pérégrinations d'un chinois en chine
Tu as failli ne pas être...
--> Chose bien plus terrible que ne plus jamais être.
Il est des moments où tu ne te reconnaît pas toi-même,
Il est des moments où le beau semble bien loin de toi,

Où tu te sens capable de sortir le pire de toi-même,
Où il te semble descendre en te faisant engloutir et non pas gravir afin de construire,

Lorsque tes expressions et tes calembours sont là pour exprimer ta souffrance,
Lorsque tu te sens prisonnier d’un enfer mental que tu ne t’expliques pas,

Quand ton libre-arbitre est aussi infime qu’une plume virevoltant au hasard du vent,
Quand tes rêves et tes espoirs semblent assez insignifiants pour être remisés dans le grenier de ta vie,
Quand ton être profond te semble aussi loin qu’un mirage dans le désert,
Quand il te semble te battre pour expliquer ton attachement aux Autres et surtout aux Tiens,
Quand tu auras l’impression d’être littéralement arraché et non pas naturellement attaché,
Quand il te semble être happé tellement tu donnes de toi à cet Ogre insatiable que tu traites comme ton Autre,

Au moment où il s’agira pour toi de reprendre les images de toi que tu as laissé aux Autres pour te reconstruire tellement tu ne te connais plus,
Au moment où tu distingueras à nouveau les goûts et les couleurs de ta vie,
Au moment où il te semblera renaître et presque voler tant tu te sens libre,
Au moment où il te semblera ouvrir enfin les yeux à la vie,

Après un long sommeil dont le dormeur semblait ne jamais vouloir se réveiller,
Après une courte halte douloureuse,
Après un dernier regard derrière toi pour enfin tout assumer,
Tel un rescapé d’une folle tempête tu te sentiras,
A ce moment là souris doucement et avance sans perdre la moindre seconde,

Tu as failli ne pas être,
Chose bien plus terrible que ne plus jamais être.
Ecrit par Mandala, le Samedi 15 Octobre 2005, 17:41 dans la rubrique "Mes textes".